La campagne électorale débute aujourd'hui
Date de création : 23 Août 2018

L’Assemblée nationale est dissoute : la campagne électorale est déclenchée

QUÉBEC – C’était su et connu. C’est maintenant officiel. La campagne électorale, qui mènera aux élections générales du 1er octobre, est déclenchée.

Le premier ministre Philippe Couillard a demandé jeudi matin au lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, de dissoudre la 41e législature de l’Assemblée nationale du Québec.

M. Doyon a signé deux décrets, qui ont officialisé la dissolution de la chambre et le déclenchement de la campagne.

«Je me sens très fier de ce qu’on a réalisé depuis quatre ans. Je suis très optimiste pour le Québec, très optimiste pour la campagne aussi», a dit M. Couillard, en parcourant les quelques mètres le menant au bureau du lieutenant-gouverneur.

«Une campagne c’est toujours un défi. Je n’ai rien eu de gratuit dans ma vie, pas plus aujourd’hui qu’hier. Le Québec doit avancer, pas reculer», a-t-il ajouté, aux côtés de son épouse, Suzanne Pilote.

L’amorce

Peut-être pour galvaniser les troupes, la Coalition avenir Québec a décidé d’entamer sa campagne dans la Capitale-Nationale, là où elle jouit déjà de solides appuis.

Les péquistes et les libéraux, pour leur part, ont choisi la stratégie inverse : commencer la campagne là où tout risque de se jouer pour eux.

Les libéraux entameront leur campagne à Trois-Rivières, chef-lieu de la Mauricie, une région pivot.

Le Parti québécois, pour sa part, entreprendra sa campagne dans la région métropolitaine, et devrait y rester pas moins de cinq jours. Jean-François Lisée voudra s’assurer de solidifier ses châteaux forts, autant dans l’est de l’île que dans les couronnes.

Finalement, Québec solidaire (QS) amorcera sa campagne à Montréal, où le parti représente déjà trois circonscriptions et où il peut espérer faire des gains.

Les enjeux

Pour le professeur de sciences politiques à l’Université Laval, Eric Montigny, il ne fait aucun doute que le thème principal de cette campagne sera le changement.

À cet égard, la Coalition avenir Québec a bien joué ses cartes, estime-t-il.

« Une des forces de la CAQ, ç’a été d’associer le Parti libéral de Philippe Couillard au régime libéral de Jean Charest et d’avoir martelé le message qu’il y a un gouvernement libéral qui est là depuis 15 ans », a indiqué M. Montigny.

« Jusqu’à maintenant, c’est clair que l’enjeu de la campagne, c’est celui du changement », a-t-il ajouté.

Quant aux enjeux sectoriels, les classiques risquent de s’inviter dans la campagne, estime le professeur en politique : santé, économie et éducation seront au menu. Puis, « très très bas, l’indépendance ».

« C’est la première élection depuis 50 ans où la question nationale, sur le plan du facteur de vote, est évacuée », estime l’expert en politique.



La campagne en chiffres

◾ 39: Le nombre de jours de campagne

◾ 93 M$: Le coût des élections

◾ 1/3: Le poids électoral de chacune des générations (18-39 ans, les X et les baby-boomers)

◾ 125: Le nombre de députés à élire


Article visioné 75 fois
Voir les autres nouvelles


Regroupement des Sans-Emploi de Victoriaville

© 2009-2018
Touts droits réservés

Le RSE est situé à à la Place communautaire Rita-St-Pierre

59, rue Monfette - Local 210
Victoriaville, Québec G6P 1J8

Téléphone : 819-758-6134

Télécopieur (fax) : 819-604-1112

rse@rsansemploi.com

Mission et Historique de l'organisme


Activités et Services offerts


Le RSE est financé par ces organismes


@RSE_Victo sur Twitter

RSE sur Facebook